Toutes les actualités

-A A +A
Information
juin 2017
Ouverture excpetionnelle à 8 heures au lieu de 10 H

Le mardi 27 juin 2017, les Archives départementales ouvriront à 10 heures au lieu de 8 heures pour une nécessité de service.

En vous remerciant pour votre compréhension.

 

 

Information
juin 2017

 

La Société d’Histoire de la Guadeloupe, le Conseil départemental de la Guadeloupe/direction des Archives départementales

ont le plaisir de vous convier le jeudi 22 juin à 18h30,  à la conférence sur 

Les ordres religieux dans l'économie sucrière en Guadeloupe aux XVIIe – XVIIIe siècles 

par l'historien Gérard LAFLEUR

Dès les débuts de la colonisation, les ordres religieux eurent des habitations qui se transformèrent rapidement en sucreries. Comment ces habitations se sont-elles constituées ? Comment fonctionnaient-elles et comment étaient-elles perçues dans la société coloniale ? Quel a été leur sort à la Révolution ?

 

Expositions virtuelles
mai 2017

À l’occasion du cinquantenaire des événements de mars et mai 1967, les Archives départementales de la Guadeloupe vous proposent une sélection de documents issus de leurs fonds qui permet d’illustrer les journées tragiques qui ont profondément marqué la Guadeloupe et reflète la situation complexe de l’île.

 

Cliquez ici et venez découvrir notre exposition virtuelle.

 

mai 2017

Jeudi 18 mai 2017 à 18h30 aux Archives départementales/ Bisdary (Gourbeyre)

A l’occasion de la parution de son dernier livre consacré à Victor Hugues, les Archives départementales et la Société d’histoire de la Guadeloupe ont le plaisir de vous convier à la conférence donnée par l’historien Michel Rodigneaux, auteur de l’ouvrage, sur le thème :

Victor Hugues. L’ambition d’entrer dans l’Histoire (1762-1826)

Né à Marseille dans une famille de commerçants aisés et mort en 1826 à Cayenne où il s’était établi, Jean-Baptiste Victor Hugues est l’un des conventionnels les plus maudits de son temps. Il incarne pourtant avec brio toute l’histoire de la Révolution française aux Caraïbes. Tour à tour marin, planteur, administrateur, homme de guerre, contrebandier, agent secret…Victor Hugues est un personnage aux multiples facettes que cet ouvrage et cette conférence, fondés sur des sources inédites, s’attachent à restituer dans toute sa complexité, ses ambitions et ses paradoxes. Michel Rodigneaux, juriste et ancien directeur de sociétés et d’organismes en outre-mer, est spécialiste de l’histoire maritime antillaise. Victor Hugues. L’ambition d’entrer dans l’Histoire (1762-1826) est son dernier ouvrage paru en 2017 aux éditions SPM

Conférence
avril 2017

Jeudi 4 mai 2017 à 18h30 aux Archives départementales/ Bisdary (Gourbeyre)

Dans le cadre des commémorations du Centenaire de la Première Guerre mondiale, les Archives départementales et la Société d’histoire de la Guadeloupe ont le plaisir de vous convier à la conférence donnée par l’historienne Pascale Forestier sur le thème :

La Guadeloupe face au service militaire : une citoyenneté incomplète à la veille de la Première Guerre mondiale ?

Malgré leur participation à la vie politique nationale, les Guadeloupéens ne sont pas concernés par le service militaire avant 1913. Il est pourtant une obligation pour tous les citoyens français. Dans une société coloniale et post esclavagiste, l’instauration du service militaire est freinée par des enjeux locaux et nationaux, mêlant préjugés de couleur et intérêts économiques. En Guadeloupe, les rapports entre la citoyenneté et les devoirs militaires s’avèrent complexes. A la veille de la Première Guerre mondiale, défendre la patrie permet-il de devenir complètement citoyen ?

Pascale Forestier est professeur d’histoire et chargée du service éducatif des Archives départementales.

 

Bibliothèque
avril 2017
RES art. 318

La bibliothèque des Archives départementales vous présente :

L’arrêt du Conseil d’Etat du 5 avril 1778.

Établi dans le but de régir la vie des esclaves noirs dans les colonies françaises des Antilles, le Code noir (1685) a institutionnalisé le racisme en justifiant la mise en esclavage des déportés africains sur les colonies des Antilles et de Guyane. L'Arrêt du Conseil d’Etat du 5 avril 1778 interdit les mariages « interraciaux » entre blancs et noirs ou gens de couleur en France.

Selon l'historien Pierre Pluchon « ces mesures, inspirées par une perception négative des Noirs et des Métis, répondent au souci de protéger les Français de la souillure funeste qui menace leur race ». La peur d’une croissance du métissage sur le sol français nait après le recensement de 1776 mis en œuvre par le Ministre de la marine Antoine de Sartine qui déclare alors que les « Nègres se multiplient dans le Royaume... On y favorise leurs mariages avec les Européens ; les maisons publiques en sont infectées ; les couleurs se mêlent, le sang s'altère »…

Venez découvrir ce document aux Archives départementales de la Guadeloupe sous la cote RES art.318. 

Conférence
mars 2017

Mardi 21 mars 2017 à 18h30 aux Archives départementales/ Bisdary (Gourbeyre).

Dans le cadre du Cinquantenaire des événements des mois de mars et mai 1967, les Archives départementales et la Société d’histoire de la Guadeloupe ont le plaisir de vous convier à la conférence donnée par l’historien René Bélénus sur le thème :

« Les événements de mars 1967 à Basse-Terre : la révolte des mornes »

En mars 1967, ce qui aurait pu n'être qu'un fait divers de la vie Basse-Terrienne prend des proportions telles que le chef-lieu connaît trois jours d'émeute populaire. C'est dire l'intensité du malaise à la fois social, économique, politique et sociologique que vit alors la Guadeloupe. Ces événements de Basse-Terre ne sont que le signe annonciateur des troubles sanglants de mai 67 à Pointe-à-Pitre.

René Bélénus est docteur en histoire et directeur du collège de Versailles à Basse-Terre.